COVID-19 :
toutes les infos
sur l'agglo
A-A+MailImprimer+

A Flers, la chaufferie bois du quartier Saint-Sauveur étend son réseau de chaleur

Modifié le 11/03/2021

La chaufferie bois du quartier Saint-Sauveur alimentera bientôt de nouveaux équipements à Flers, en particulier l’ex-clinique, le pôle culturel Chaudeurge et Saint-Thomas-d’Aquin. Les travaux devraient commencer en avril.

La chaufferie bois, propriété de la Ville de Flers, est exploitée par le délégataire Idex.

La chaufferie bois, propriété de la Ville de Flers, est exploitée par le délégataire Idex.

La chaufferie bois, située dans le quartier Saint-Sauveur, à Flers, reconnaissable à sa grande cheminée, va bientôt alimenter de nouveaux équipements.

Propriété de la Ville de Flers et exploité par le délégataire Idex, l’équipement distribue déjà le chauffage et l’eau chaude aux habitants du quartier et à des structures telles que le lycée Jean-Guéhenno ou la maison d’activités Émile-Halbout.

Il est prévu qu’elle alimente prochainement le Forum, le pôle culturel Jean-Chaudeurge, la maternelle, le collège et le lycée de l’ensemble scolaire Saint-Thomas-d’Aquin et les deux bâtiments de l’ex-clinique Saint-Dominique, dont les chaudières fonctionnaient au fioul.

1,8 km de canalisations supplémentaires

Pour cela, il va falloir construire près de 1,8 km de canalisations supplémentaires. Quant à la chaufferie, il n’y a pas besoin de la modifier. Elle est déjà dimensionnée pour supporter cette extension. Elle passe d’une production équivalente à 1 083 logements à 1350.

Les habitants déjà raccordés ne sont pas oubliés, précise Yves Goasdoué, maire de Flers et président de Flers Agglo. L’ensemble des installations va être vérifié et modernisé.

Le chantier pourrait commencer en avril. 4 mois de travaux sont nécessaires. L’opération est estimé à 1,4 million d’euros, « sans augmentation du coût de la thermie, c’est-à-dire des charges, pour les particuliers », insiste  Yves Goasdoué. La participation de l’État, via l’Ademe (l’agence de la transition écologique), est de 51,8 %. Idex s’engage à hauteur de 27 % du coût.

« Le changement climatique est là. La transition énergétique est inévitable et la Ville de Flers montre que c’est possible d’arriver à décarboner la chaleur », poursuit Jean-Christophe Boclet, directeur de l’agence Idex Caen-Normandie.

3 000 tonnes de CO2 en moins rejetées

Ce nouveau réseau va permettre aux structures de bénéficier d’installations fonctionnant avec de l’énergie renouvelable et plus au fioul.

Quant au combustible consommé par la chaufferie bois, il est composé de plaquettes forestières et bocagères issues d’une exploitation raisonnée et provenant à moins de 50 km autour de Flers. Cela représente 4 000 tonnes de bois, par an. Ce sera 1 000 tonnes de plus après l’extension du réseau.

Le combustible est fait de plaquettes forestières et bocagères provenant de moins de 50 km autour de Flers.

Le combustible est composé de plaquettes forestières et bocagères provenant à moins de 50 km autour de Flers.

On évite, chaque année, l’émission de 2 400 tonnes de CO2 grâce à la chaufferie bois. Demain, ce sera 600 tonnes de plus, confie Jean-Christophe Boclet. 600 tonnes de CO2, c’est 180 allers et retours Paris – New-York.

Six emplois à temps plein

La chaufferie bois est en fonction depuis 2015. Construite au début des années 70, elle fonctionnait alors au fioul lourd. L’équipement est ensuite passé au gaz.

L’exploitation de la chaufferie représente six emplois non délocalisables.