28/09/2021
Partager sur

Le 17 décembre 2020 ouvrait au public le cheminement doux de la vallée de La Fouquerie, situé au nord du quartier Saint-Sauveur, entre la rue Saint-Sauveur et le camping.
L’objectif de cet aménagement a consisté à redonner son aspect naturel au site de La Fouquerie, à relier par une piste cyclable le camping au centre-ville et à offrir aux habitants des parcours de promenade et de loisirs en créant un « poumon vert » dans la ville.
Plus d’un an de travaux a été nécessaire pour que cet espace de 7 hectares retrouve son aspect naturel. Mais ce n’est que la face visible du projet, car les réflexions, études faunes/flore et hydrogéomorphologiques ont débuté en 2015. Le projet a nécessité un an de procédure avec enquête publique (février 2020) et autorisation préfectorale (arrêt d’autorisation environnementale du 14 mai 2020). C’est pourquoi le chantier a été organisé en plusieurs tranches.
Le premier chantier, dont la maitrise d’ouvrage était portée par l’Etablissement Public Foncier de Normandie a commencé en novembre 2019 avec le désamiantage et la démolition de huit des dix bâtiments dits « Les Charcots » situés le long de la rue du même nom. Ce chantier s’est achevé en décembre 2020.
La rue qui desservait « Les Charcots » a été supprimée et remplacée par un cheminement doux. D’importants mouvements de terre ont été réalisés (parfois le terrain a été surélevé de 2,60 m). Seules les portions de voies qui mènent aux habitations et au terrain de BMX ont été conservées.
Le cours d’eau de La Fouquerie, qui était autrefois peu visible et parfois enfoui, a refait surface sur 230 mètres linéaires. Il abrite à nouveau des poissons (Chabots, Vairons, truites) et permettra de faire tampon lors de crues.

Un « poumon vert » dans la ville

IMG_0003Le cheminement doux de près d’un kilomètre rencontre un franc succès, avec une moyenne de 4 000 passages (vélos et piétons) par mois. La fréquentation est la plus élevée les mercredis vers 10h et les dimanches vers 16h. Les cheminements sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, aux vélos, aux trottinettes sur la partie en enrobé.
Le cheminement le long du cours d’eau sur le platelage en bois, en partie nord du site, est lui accessible uniquement aux piétons pour pouvoir se rapprocher de l’eau.
L’aménagement de cette vallée a permis de développer la biodiversité. Une jachère fleurie attire aujourd’hui les insectes. Le site sera fauché une fois par an, en fin d’été (voire deux, selon les endroits). Aux beaux jours, le service des espaces verts de la Ville de Flers tondra un cheminement pour que le public puisse profiter de ce lieu.
IMG_20210824_140921Des passerelles enjambent aujourd’hui le cours d’eau et du mobilier a été installé (cinq bancs, deux tables et des poubelles). Aucun éclairage n’a été installé afin de préserver la faune, à l’exception du parking à proximité des deux « Charcots » conservés et du terrain de BMX.
Une végétation herbacée adaptée aux différents faciès du terrain a été semée (zones humides et prairie fleurie) et des arbres ont été plantés le long du cours d’eau. Environ 340 arbres (chênes, hêtres, saules, aulnes et autres plantes hygrophiles) ont été plantés en avril 2021 sur le secteur de La Fouquerie ainsi que 1 200 plantes hélophytes.
Il s’agit de recréer un écosystème naturel autour du cours d’eau. Les arbres serviront d’habitat pour la faune et la flore. Ils feront venir des insectes qui attireront des oiseaux, des amphibiens… Les racines en berge du cours d’eau serviront d’abri et de cache pour les poissons. Les arbres apporteront également de l’ombrage et limiteront le réchauffement du ruisseau. Ils permettront de créer, à terme, plus de fraîcheur au niveau de la coulée verte. Ils permettront d’améliorer la qualité de l’air, de maintenir les sols et amélioreront la qualité paysagère du site.
Des élèves de l’école publique La Fontaine de Flers ont participé au chantier de plantation, en plus de ceux plantés par une entreprise. Une démarche éducative pour les sensibiliser à l’environnement.
Des panneaux pédagogiques seront réalisés en 2022 en partenariat avec l’école La Fontaine et le CPIE des Collines normandes pour informer les promeneurs. Il est également prévu de mettre en place des nichoirs à oiseaux et à chauve-souris pour pallier au manque de cavité naturelle dû à la jeunesse des arbres. Ces derniers seront réalisés par la SEGPA du collège Jean-Monnet à Flers.

Ce projet est une grande réussite, tant sur le plan paysager que sur la fréquentation du site. Je souhaite que nous mettions en place des outils pour objectiver l’impact de cet aménagement sur la faune et la flore. Yves Goasdoué, Président de Flers Agglo

7 hectares, c’est énorme ! Ce projet va permettre de recréer du lien entre le centre-ville et la périphérie, mais aussi de faire synergie avec les communes environnantes.
Nous avons de nombreux défis à relever en milieu urbain, comme redonner des terres à la nature.  Il faut que l’on trouve la voie pour ré exploiter les friches en ville, les zones artisanales non utilisées, afin de lutter contre les évènements liés au réchauffement climatique. Le CRTE est un levier pour les communes pour y travailler. Françoise TAHÉRI, Préfète de l’Orne

Coût des travaux

L’ensemble des travaux est estimé à 2 millions d’euros toutes charges comprises. Flers Agglo et la Ville de Flers ont pu bénéficier d’importantes subventions de l’Etablissement public foncier de Normandie (EPFN), de la Région Normandie, de l’Agence de l’eau Seine-Normandie et de l’Etat au titre de « Territoire à Energie Positive pour la Croissance verte ».
Les travaux de déconstruction des « Charcots » sont de l’ordre de 480 000 € TTC, avec une prise en charge de 35% Région, 45% EPFN et 20% Flers Agglo et Ville de Flers.
Le plan de financement des travaux d’aménagement de la vallée, est le suivant   :
– 113 000 € TTC pour la Ville de Flers
– 254 488 € TTC pour Flers Agglo
– 417 000 € TTC pour l’Etat au titre de Territoire à Energie Positive
– 312 512 € TTC pour l’Agence de l’Eau.