A-A+MailImprimer+

CIRIAM

Modifié le 07/09/2017

Le Campus Industriel de Recherche et d’Innovation Appliquées aux Matériaux (CIRIAM) sorti de terre en 2007 dans le bocage bas-normand, aux portes de Flers, sur la commune de Caligny, réunit les conditions de la compétitivité et de l’innovation de niveau européen, voire mondial, sur un même site.

Vue du CIRIAM (Nord) avec l'usine Faurecia (bâtiment blanc), du centre de Recherche et Développementet de l'école d'ingénieur (bâtiment foncé) ; à gauche une partie du restaurant inter entreprises.

Vue du CIRIAM (Nord) avec l'usine Faurecia (bâtiment blanc), du centre de Recherche et Développementet de l'école d'ingénieur (bâtiment foncé) ; à gauche une partie du restaurant inter entreprises.

Appel à DSP pour la future plateforme collaborative du CIRIAM (date limite : 29/09/2017 16h) :

Ce site industriel, de recherche et de formation a permis de conserver emploi et savoir-faire sur le territoire de Flers Agglo.

L’automobile, une filière de poids

En Basse-Normandie, 200 entreprises représentant plus de 22 000 salariés ont une activité directe dans l’industrie automobile.
Constructeurs et équipementiers développent de véritables savoir-faire sur ce territoire.
Faurecia-Flers combine ce savoir-faire industriel et cette expertise technologique au meilleur niveau dans le domaine des mécanismes de sièges.

Un projet initié dès 2004-2005

Depuis la fin des années 1990, les délocalisations industrielles vers l’Est ou l’Asie touchent l’Hexagone de plein fouet. Pour se prémunir et pérenniser l’activité de Faurecia dans la région, les acteurs bas-normands, publics et privés, se sont unis pour créer les conditions du maintien de l’entreprise sur Flers, 3e bassin d’emploi de Basse-Normandie.

Origine du projet

L’idée se résume en trois points :
–    Regrouper en un seul site les trois usines Faurecia de l’agglomération Flérienne
–    Donner à ce site une vocation et un devenir qui dépasse l’usine Faurecia elle-même en lui adjoignant un centre de recherche, de développement et de formation
–    Doter ce pôle de capacités d’extension pour qu’il devienne le lieu d’accueil privilégié des entreprises et des compétences dans le domaine du travail des métaux

L’union a fait la force

Le Conseil Régional de Basse-Normandie, le Conseil Général de l’Orne et Flers Agglo ont créé un syndicat mixte dont le rôle aura été et est encore :
–    d’acquérir les terrains nécessaires à l’opération,
–    de conduire l’ensemble des études,
–    de réaliser les équipements, dessertes primaires, voies et réseaux, parkings communs et aménagements paysagés,
–    de construire le pôle de recherche et de développement (10 000 m²) ainsi que les locaux destinés à accueillir la future formation d’Ingénieurs en alternance, de construire un restaurant Inter-entreprises

Le développement économique par l’innovation

Pour dynamiser l’activité sur le bocage, les partenaires du projet ont apporté des réponses résolument novatrices dans le paysage industriel.

Une maîtrise d’ouvrage sur-mesure

La SHEMA – Société hérouvillaise d’économie mixte et d’aménagement – a été missionnée en qualité de maître d’œuvre unique sur l’intégralité des opérations d’aménagement publiques. A travers sa filiale LDA, la SHEMA permet également d’apporter des solutions industrielles aux opérateurs privés du projet.

Infrastructures et services mutualisés

L’ensemble des aménagements publics des 60 hectares du site (voiries, réseaux, éclairages, parkings…) sont financés par le Syndicat mixte (Région, Département, Flers Agglo). Les industriels installés sur le site ont l’usage des structures, mais n’en supportent pas le coût. Même chose pour la mise en place et la gestion des services : centre de formation, restauration inter-entreprises…

Un nouveau souffle sur l’aménagement et l’architecture

En rupture avec les pratiques habituelles sur un site industriel, le campus flérien prend le parti de l’intégration paysagère et de l’architecture japonaise.
L’architecte retenu, le Japonais Yoshihiko Iida, a exporté pour la première fois son savoir-faire à l’extérieur du Japon avec la conception des bâtiments du campus industriel bas-normand.
A la clé, de nouvelles conditions de production propices à l’innovation et à la performance.
Fondateur du Studio (IAS) à Yokohama en 1986,
(IAS) à Yokohama

Un champ de compétences sur le bocage

Pour passer de l’idée à la réalité sur le terrain, paysagiste et architectes ont apporté leur touche créatrice au projet et coordonnent leurs savoir-faire.

Une usine écologique

La nouvelle unité de production Faurecia sort de terre dans le respect complet du site sur lequel elle est installée et tire le meilleur parti des éléments naturels environnants.

Une usine propre

Convaincu qu’une usine propre favorise naturellement la bonne organisation, la rigueur, la sécurité, l’amélioration continue et la productivité, Faurecia montre l’exemple sur sa nouvelle unité de production.

Un projet labellisé MOV’éo

Le Pôle de compétitivité MOV’EO soutient la création du campus industriel bas-normand en tant que projet Territorial et Structurant (T&S).

Le Pôle de compétitivité MOV’EO, dédié au secteur automobile et aux transports collectifs, regroupe la Basse-Normandie, la Haute-Normandie et l’Ile-de-France.
Sur ces trois régions, la filière automobile représente plus de 200 000 emplois répartis dans environ 700 entreprises. 30 000  ingénieurs et techniciens sont directement concernés par les thèmes de MOV’EO.

Effet levier
L’obtention du label ouvre à des financements publics spécifiques de soutien aux projets.

Un soutien à la R&D et au territoire
Le Campus Industriel de Recherche et d’Innovation Appliquées aux Matériaux a reçu le label MOV’EO. Un label synonyme de soutien aux projets de Recherche et Développement coopératifs, vecteurs de croissance pour les territoires.

Le CIRIAM