A-A+MailImprimer+

Saint-Michel à Flers : le projet de renouvellement urbain s’amorce

Modifié le 21/11/2017

Le 12 octobre a été signé le protocole de préfiguration de renouvellement urbain du quartier Saint-Michel à Flers. Ce temps marque le point de départ de la réflexion et de la préparation du futur projet pour transformer durablement ce quartier.

Le protocole de préfiguration signé par les partenaires permet de cadrer la démarche de travail collectif à mener jusqu’à l’élaboration de la convention d’application de renouvellement urbain. Des habitants ayant participé à la réalisation du film sur le projet du quartier étaient présents.

Le protocole de préfiguration signé par les partenaires permet de cadrer la démarche de travail collectif à mener jusqu’à l’élaboration de la convention d’application de renouvellement urbain. Des habitants ayant participé à la réalisation du film sur le projet du quartier étaient présents.

En se dotant en 2000 des compétences « politique de la Ville et Habitat », Flers Agglo a affiché sa volonté de faire de la cohésion sociale et urbaine un axe fort du développement de son territoire.

Forte de l’expérience menée sur Saint-Sauveur à Flers (2007/2016), Flers Agglo a inscrit le renouvellement de Saint-Michel dans le Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU).

Une étude a été engagée en juillet 2015 pour accompagner élus, bailleurs et habitants dans la mise en œuvre d’un programme d’opérations dont l’objectif est d’améliorer le cadre de vie et les conditions de vie sur le quartier Saint-Michel (721 logements, 1 323 habitants).

Définir une stratégie générale

Déterminés à être acteurs de ce renouveau, les habitants se sont fortement mobilisés.« Les gens d’ici veulent faire partie de la ville et ils ont raison », a souligné Yves Goasdoué.

L’étude réalisée en 2016 a permis d’afficher les attentes sur l’habitat, le commerce, les services, la santé, l’éducation, la sécurité, les espaces de loisirs, le partage, la convivialité, les connexions (piétonnes, transports) avec le centre-ville, soit « le bien-être à vivre dans son quartier ».

Certaines orientations seront approfondies à travers trois études engagées en 2018 sur :

  •  l’habitat
  • les commerces et les services
  • les équipements de proximité

Afin, comme l’a souligné la préfète de l’Orne Chantal Castelnot, « de s’inscrire dans la durée à travers une stratégie générale et non plus une simple rénovation du bâti ».